"Accepter de supporter indéfiniment le poids d’un crime qu’on n'a pas commis, porter injustement le qualificatif de « criminel de génocide » sans clamer son innocence est une entorse à la recherche de la vérité"

 
 

Dernières nouvelles

Pas d'article dans la liste.

 

A lire aussi ...

La Toussaint rwandaise

 

Mbonyumutwa Dominique

Mbonyumutwa Dominique: homme de la "Toussaint rwandaise", 1er Président du Rwanda

La date du 1er novembre représente dans l’histoire du Rwanda un point de rupture entre 2 époques : l’époque féodale et l’époque républicaine d’abord et une suite logique du manifeste des Bahutu (Note sur l’aspect du problème racial indigène au Ruanda). Malgré les multiples sessions consacrés à la question entre 1957 et 1959, le Mwami Mutara Rudahirwa et son administration avaient refusé de considérer les revendications des Bahutu en répondant qu’il n’avait pas de « problème hutu-tutsi » à résoudre. Après la mort de ce dernier le 27 septembre 1959, l'intronisation du nouveau roi Kigeli V ne changea rien à la position féodale. C'est donc ce refus de dialoguer qui débouchera à la «Toussaint Rwandaise » de 1959 et sonnera la glas du régime féodal.

Ainsi est décrit le début d'une insurrection paysanne décrite avec fins détails dans les "archives ruandaises" et dont nous publions les extraits ci-après. Ils nous offrent une «Rétrospective» devant « servir à la vérité sur l’histoire du Rwanda » que nous voulons connaître pour mieux comprendre l’actualité de ce pays dont nous nous allons transcrire quelques faits chronologiques du 26 octobre 1959 au 02 novembre 1959 (dossier 8 des Archives de Monsieur Marcel Pochet).

« 26 oct. 59 : Découverte à Nyanza, affiché à un arbre d’un tract violent dirigé contre les leaders du Rader et du Parmehutu. Ce tract constitue une véritable incitation à l’assassinat.

29 oct. 59 : A Usumbura, agression contre le la voiture du chef Bwanakweri, Président du Rader.

1er nov. 59 : Des inconnus brisent les vitres de la voiture de deux officiers de la gendarmerie de Kigali.

31 oct. 59 : En chefferie Ndiza (territoire de Gitarama) le bruit court depuis quelques jours que l’Unar  veut attenter à la vie du sous-chef MBONYUMUTWA, un des leaders du M.S.M.

1er nov. 59 : dans cette même chefferie près de Byimana, un groupe de jeunes tutsi attaque et moleste le sous-chef menacé MBONYUMUTWA alors que celui-ci revenait de la messe. Il parvient à mettre ses agresseurs en fuite mais le bruit se répand qu’il a été blessé, voire même tué, ce qui en raison des menaces qui avaient été portées contre lui provoqua une très grosse émotion parmi la population hutu. Des groupes de hutu se forment immédiatement et très excités, se rendent au chef lieu du territoire et de la chefferie afin d’y demander des explications concernant l’agression du sous-chef. Le nommé Joseph Cibomana, trésorier du M.S.N. est pris à partie et molesté au centre commercial de Gitarama par des Swahili, probablement membres de l’Unar. … »

Ainsi furent déclenchées les actions des Bahutu et des Batutsi qui caractérisèrent la suite des événements de la « Toussaint rwandaise » et qui constituent ce qui est communément appelé : la « Révolution sociale de 1959 ».

www.rwamucyo.com, 1.11.2011

-------------------------------------

Abréviations dans le texte:

M.S.M.: Mouvement social Muhutu

Rader : Rassemblement Démocratique Rwandais

Parmehutu : Parti du Mouvement pour l’Emancipation Hutu (issu du M.S.M. et devenu Mouvement Démocratique Républicain - MDR - Parmehutu)

Unar : Union Nationale Rwandaise (issue de l’UNAPAR : Union des Patriotes Radicaux).  

 


 

 

génocide rwandais - Paul Kagame - Designed by Alpha Studio - Avocats Bruxelles - Consultant Euphony