"Accepter de supporter indéfiniment le poids d’un crime qu’on n'a pas commis, porter injustement le qualificatif de « criminel de génocide » sans clamer son innocence est une entorse à la recherche de la vérité"

 
 

Dernières nouvelles

Pas d'article dans la liste.

 

A lire aussi ...

La Maison Blanche dit "NON" au 3ème mandat à Kagame

 

Paul Kagame

Que Paul Kagame se présente ou non aux suffrages, le FPR n'a pas besoin d'élections pour continuer à gouverner à Kigali. Sa main-mise est totale. Ceux qui rêvent se présenter aux élections sont suicidaires. A moins qu'il y ait un réel changement qui reste hypothétique. Mais rendons-nous à l'évidence: avec le FPR aux commandes au Rwanda, l'espace politique est bien verrouillé. Aucune compétition politique digne de ce nom n'est possible.

Troublé par une succession d'assassinats politiques au Rwanda, Washington avait durci le ton contre son ancien allié rwandais, et maintenant la Maison Blanche dit "NON" au troisième mandat de Paul Kagame.

Rwanda : Washington opposé à un éventuel troisième mandat de Kagame en 2017

06/06/2015  Par AFP :  La Maison Blanche à Washington.

Les Etats-Unis sont opposés à un éventuel troisième mandat du président rwandais Paul Kagamé lors de la présidentielle de 2017, a affirmé vendredi un diplomate américain, conformément à la position traditionnelle de Washington sur une limite constitutionnelle à deux mandats.

"Nous sommes engagés à soutenir une transition pacifique et démocratique en 2017 vers l'élection d'un nouveau dirigeant par le peuple rwandais", a expliqué à l'AFP un responsable du département d'Etat. La Constitution rwandaise, adoptée en 2003, limite à deux le nombre de mandats présidentiels et interdit donc en l'état à Paul Kagame, élu en 2003 et 2010, de se représenter une troisième fois. Or le parlement doit débattre entre le 5 juin et le 4 août d'une éventuelle réforme de la Constitution pouvant lui permettre de se représenter en 2017, en réponse à une "demande populaire", selon des responsables rwandais. Washington soutient depuis longtemps Kagame, 57 ans, ancien chef des rebelles tutsis dans la guerre civile qui s'est terminée en 1994 par un génocide perpétré par les extrémistes hutus.

"Les Etats-Unis pensent que la démocratie s'améliore avec des institutions fortes et non des hommes forts", a plaidé le responsable diplomatique. "Changer les constitutions pour supprimer les limites sur le nombre de mandats et favoriser ainsi les titulaires contredit les principes démocratiques et réduit la confiance dans les institutions démocratiques", a-t-il ajouté.Les responsables rwandais nient que Kagame soit derrière cette proposition de réformer la Constitution, et expliquent qu'il s'agit de répondre à une demande de ses partisans. Mais des décisions similaires dans d'autres pays africains ont entraîné des violences.

L'an dernier, l'ancien président du Burkina Faso, Blaise Compaore, a été chassé du pouvoir après avoir tenté d'y rester. Et le Burundi, voisin du Rwanda, est le théâtre depuis des semaines de manifestations sanglantes et d'une tentative de coup d'Etat après l'annonce, par l'actuel président Pierre Nkurunziza, qu'il briguait un troisième mandat.

---------------------------

www.rwamucyo.com, 17.06.2015

 


 

 

génocide rwandais - Paul Kagame - Designed by Alpha Studio - Avocats Bruxelles - Consultant Euphony